dimanche 14 février 2016

Grégoire de Nysse par Hans Urs von Balthasar

Grégoire de Nysse Hans Urs von Balthasar
Grégoire de Nysse
vers 335 - 394
C’est au cours des années 1930 qu’Hans Urs von Balthasar, l’un des grands théologiens catholiques du XXe siècle, se familiarisa avec les Pères de l’Eglise. Il séjournait alors en France afin d’y faire sa théologie au scolasticat de Fourvière. Tout comme ses condisciples Jean Daniélou et Henri Bouillard, il fut initié à la patristique par Henri de Lubac, leur aîné, qui professait alors la théologie fondamentale aux Facultés catholiques de Lyon.[0]

Dès lors, les Pères de l’Eglise vont irriguer l’ensemble de l’œuvre de Balthasar[1]. Il consacra à trois d’entre eux un essai : Parole et mystère chez Origène, Liturgie cosmique; Maxime le Confesseur et enfin, Pensée et présence, Essai sur la philosophe de Grégoire de Nysse.

Retour au Pères de l'Eglise


Voici la deuxième édition de ce livre que Balthasar écrivit en français et qui fut publié chez Beauchesne en 1942. Le manuscrit était chez l’éditeur dès 1939, mais la conjoncture difficile en retarda la publication. Il existe dans les archives des éditions Beauchesne une lettre de Jean Daniélou qui insiste auprès de l’éditeur pour que le livre paraisse au plus vite. Et ce même Daniélou, quelque temps plus tard, de se féliciter dans sa correspondance de la publication du volume : « Cela va coïncider heureusement avec la Vie de Moïse pour susciter un courant d’intérêt autour de Grégoire.[2] »

En effet, la même année paraissait aux éditions du Cerf le volume inaugural de la fameuse collection «  Sources Chrétiennes » fondée par de Lubac et Daniélou : La vie de Moïse de Grégoire de Nysse. La traduction et l’édition du texte est réalisée par Jean Daniélou qui signe également l’appareil critique du volume[3]. On peut donc parler d’un effort conjoint et concerté de ce que l’on a nommé « l’école de Fourvière » afin de mener de front un « retour aux Pères de l’Eglise[4] ». Balthasar signale d’ailleurs l'introduction de son essai les « travaux critiques, attendus avec impatience, du P. Jean Daniélou[5] ».

Hans Urs von Balthasar
Lettre de Balthasar issue des archives Beauchesne. © Editions Beauchesne.


Présence et Pensée revêtait une grande importance pour Balthasar. Il désirait voir cet essai réédité et s’apprêtait à apporter quelques révisions à son texte lorsque la mort le surprit. C’est donc à son ami Jean-Robert Armogathe, alors maître de conférence à l’École pratique des Hautes Etudes et animateur au côté de Balthasar de la revue Communio, que Beauchesne s’adressa afin de compléter la bibliographie et de rédiger une note préliminaire au présent volume. Cette note, particulièrement substantielle restitue le travail de Balthasar dans son contexte et l’éclaire avec une grande pertinence.

Un texte décisif sur Grégoire de Nysse[7]


Cet essai, l’un des premiers à paraître en langue française sur Grégoire de Nysse, fut particulièrement bien accueilli dans les milieux universitaires. En témoigne cette note d’Henri-Irénée Marrou qui enseigna l’histoire du Christianisme à la Sorbonne à partir de 1945 : « Balthasar est un grand écrivain - même en français comme le montre sa thèse de théologie, Présence et Pensée : cette étude sur la philosophie religieuse de Grégoire de Nysse n'est pas seulement un essai très profond sur celui-ci mais, par les citations merveilleusement traduites qu'il contient, constitue un modèle et un défi pour l'helléniste français.»[6]

Dans un tout autre registre, c’est d’une manière inattendue que l’on trouve sous la plume du grand cinéaste chilien Raoul Ruiz cette recommandation : « Le livre de Grégoire de Nysse, Sur l’âme et la résurrection, fait partie de ma bibliothèque parisienne. […] A ceux qui s’intéressent à ce genre de perles, je me permets de conseiller avec enthousiasme Présence et pensée, de Hans Urs von Balthasar […], un essai charmant et charismatique sur la philosophie de Grégoire. »[8]

G.M.

Pour en savoir plus, 

il vous suffit de cliquer sur le livre ci-dessous:


Hans Urs von Balthasar Grégoire de Nysse Beauchesne éditions
152 pages, 17 euros






[0] Henri de Lubac apporte quelques précisions quant à la préparation de cet essai : « C’est alors que, pendant quinze jours de repos à Annecy au temps de Pâques, Balthasar lut intégralement l’œuvre de Grégoire de Nysse et composa le plan de l’ouvrage qui devait paraître plus tard chez Beauchesne, rédigé directement en français. » in Henri de Lubac, Mémoire sur l’occasion de mes écrits, éd. Culture et Vérité, Namur, 1989, p. 46. 
[1] Balthasar traduisit en langue allemande de nombreux textes des Pères de l’Eglise, et fit paraître, dès 1939, la première traduction en langue allemande des quinze homélies consacrées par Grégoire de Nysse au Cantique des cantiques. Hans Urs von Balthasar, Gregor von Nyssa. Der versiegelte Quell. Auslegung des Hohen Liedes. Salzbourg-Leipzig, 1939.
[2] Jean Daniélou, lettre du 13 janvier 1943, cité par Etienne Fouilloux in, La collection « Sources Chrétiennes ». Editer les Pères de l’Eglise au XXe siècle, éd. Cerf, 1995, p. 11.
[3] Il s’agissait là de la thèse complémentaire de Daniélou, exigée par les statuts de l’Université. Sa thèse principale, Platonisme et théologie mystique. Essai sur la doctrine spirituelle de Grégoire de Nysse fut présentée comme thèse de doctorat en théologie à l’Institut Catholique et reprise et soutenue en 1943 à la Sorbonne sous la direction d’Emile Bréhier comme thèse de doctorat ès Lettres. Elle fut publiée en 1944 aux éditions Aubier, dans la collection « Théologie » dont Henri Bouillard assurait alors le secrétariat.
[4] A ce sujet, on lira avec profit deux contributions, celle de Monique Alexandre et celle de David Zordan, parus dans l’ouvrage collectif dirigé par Cristian Badilita et Charles Kannengiesser, Les Pères de l’Eglise dans le monde d’aujourd’hui, éd. Beauchesne.
[5] Il s’agit de la thèse principale de Jean Daniélou, Platonisme et théologie mystique. Essai sur la doctrine spirituelle de Grégoire de Nysse. Présentée comme thèse de doctorat en théologie à l’Institut Catholique et reprise et soutenue en 1943 à la Sorbonne sous le patronage d’Emile Bréhier comme thèse de doctorat ès Lettres. Elle fut publiée en 1944 aux éditions Aubier, dans la collection « Théologie » dont Henri Bouillard assurait alors le secrétariat.
[6] Henri-Irénée Marrou. Urs von Balthasar (Hans). De l'intégration. Aspects d'une théologie de l'Histoire. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 49, fasc. 2, 1971. Histoire (depuis l'Antiquité) — Geschiedenis (sedert de Oudheid) p. 594.
[7] Mario Saint-Pierre, « Hans Urs von Balthasar », in Penseurs et apôtres du XXe siècle, éd. Fides, Canada, p.46, 2001.
[8] Raoul Ruiz, Poetica del cine, Editorial Sudamericana Chilena, coll. Biblioteca Transversal, 2000, p. 187. Texte traduit de l’espagnol par Boris Monneau et consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.debordements.fr/spip.php?article412

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire